Créativité: pourquoi c’est la lune qui m’inspire

Au cours d’une de mes journées typiques, j’ai toute une cédule à respecter. Ca débute par un entraînement, le déjeuner et je quitte pour le travail. Au retour c’est le souper en famille, la routine avec les enfants, un peu de travail encore et, après ce qui semble avoir été un court instant, il est déjà 23h00.

À travers ces journées très régimentées, je m’efforce de créer un peu d’espace pour de la créativité: écriture et musique, surtout. Mais dans un monde qui va aussi vite que le notre, on s’impose que nos périodes de créativité soient elles aussi productives et efficaces… ce qui n’est pas toujours facile.

J’ai récemment écouté le documentaire “The Defiant One” dans lequel un dirigeant de l’industrie musicale Jimmy Iovine*, en parlant du légendaire producteur Dr. Dre*, explique que le temps n’est jamais un facteur durant ses périodes de création.  (*C’est le duo derrière de nombreux phénomènes comme Eminem et Beats by Dre).

Rares sont ceux qui ont ce luxe du temps! La créativité, pour une majorité d’entre nous, est plutôt quelque chose qui doit s’accomplir dans un délai précis. Nous devons la mettre à l’agenda et parfois même la mesurer et l’évaluer. Sans oublier que pour être satisfaisant, le résultat de cette période de créativité doit être aussi proche de la perfection que possible, surtout si elle fait partie de votre emploi.

Par exemple, pour un designer, un design original doit être produit entre 9h et 17h. Pour un auteur, un texte impeccable doit être rédigé d’ici à la date de tombée. Pour un gestionnaire, une présentation inspirante et exemplaire doit être préparée à temps pour la rencontre. Pour les artistes purs laines, les attentes sont toutes aussi élevées: une chanson sensationnelle, une photo lumineuse, une toile captivante.

Ainsi, de nos jours, le résultat d’un processus créatif se doit d’être immédiat et rayonnant. Sous le poids de ces attentes, le créateur doit être efficace et transformer chaque seconde, chaque parcelle d’énergie en pure réussite individuelle. Un peu comme… seul le soleil sait le faire! C’est beaucoup demandé, n’est-ce pas?

Je dirais même, trop. Chaque artiste est, tôt ou tard, confronté au syndrome de la page blanche, ou à son équivalent. Peu importe le domaine, ou s’il est amateur ou professionnel. Si je me fie à mes expériences, ce syndrome est plus souvent qu’autrement la conséquence de toute cette pression que l’on s’impose face à notre devoir de création. Ceci porte le créateur à s’isoler du reste de son environnement et à ne chercher qu’en soi toute l’inspiration possible.

Et oui, j’ai moi-même la prétention d’avoir un petit côté artiste. Parfois dans mon studio de musique, et autrefois à écrire ces articles ou mijoter des plans en affaires. Et dans ces moments, c’est la lune qui m’inspire. C’est elle qui me rappelle que le processus de créer ne doit pas nous mener à l’isolement, au confinement et à l’égocentrisme. Plutôt, il doit nous mener à redoubler d’humilité et de sensibilité envers ce et ceux qui nous entourent.

Pour créer, il doit d’abord y avoir un constat que l’on invente rien, en réalité. On ne fait que mettre la lumière sur quelque chose que l’univers a créé. Toutes les pensées ont déjà été pensées (comme le dit le controversé Jordan Peterson); un philosophe ne fait que les organiser. Toutes les mélodies existent déjà; un musicien ne fait que les capturer (comme le raconte superbement Victor L. Wooten). Tous les mots existent déjà; un auteur ne fait que les aligner judicieusement. Toutes les couleurs existent déjà; un peintre ne fait que les mélanger. Même en affaires: tout le talent est déjà présent dans un employé; un gestionnaire en fait que le libérer.

Les plus grands créateurs se font un devoir de puiser de l’inspiration où bon leur semble.

Le producteur musical Dr Dre a échantillonné pour plusieurs de ses hits.
Le peintre Paul Cézanne (gauche) a été une grande inspiration pour Pablo Picasso (droite).

Alors c’est en regardant la lune que je vois briller une véritable inspiration. Pourquoi? La lune semble briller, mais en réalité, elle a appris à refléter la lumière du soleil. Elle accepte que, parfois, elle ne brillera pas autant qu’elle le souhaiterait. Elle ne craint pas ses imperfections. Quoi qu’il arrive, elle s’affiche sans complexe ni retenue, soir après soir. Elle touchera les gens, d’une façon ou d’une autre, et c’est ce qui compte.

Et si les astres s’alignent, un jour et pour un instant, elle prendra le premier plan et aura son moment de gloire. Et à ce moment, c’est son vrai visage qui apparaîtra.

Sans forcer les choses; un jour tout créateur s’impose et se fait comprendre.

Quand je cherche à être créatif, je m’inspire de la lune, pas du soleil.

A propos de Maxime B.-Roy 36 Articles
Pharmacien et passionné de santé, psychologie, alimentation et techno! Je me plais à y trouver un fil conducteur!

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.